Le premier trip

By xabi • Voyages • 2 Avr 2013

Le premier trip est probablement le plus important. C’est lui qui allumera la mèche, … ou pas. C’est lui qui vous donnera envie d’en faire mille autres ou de rester chez vous la prochaine fois que vos potes partiront.

Mon premier trip à moi sortait de mes rêves. Des ces images du Dakar qui m’avaient tant fasciné. Mon premier trip devait m’emmener dans le désert.
Petit coup de fil à mes potes et nous voilà tous d’accord pour partir au Maroc. Aucun de nous n’a jamais fait ça, mais tout le monde en rêve.

L’important, dans un projet comme celui-là, c’est la préparation. D’une part parce que vous voyagez virtuellement plusieurs mois avant votre départ, et ça c’est bon, ensuite parce que traverser le désert à moto, en autonomie complète, ça ne s’improvise pas.

Le choix des motos ne pose pas de soucis, nous les avons déjà: un XR400, un XR600, un WR400F. Quant à Nico, il vient de louper son permis moto une semaine avant. Cela ne le décourage pas. Il achète un husqvarna 125.

Le jour J, tout le monde est là. Motos chargées sur la remorque, direction le Désert. Ambiance joviale et excitation évidente. On va rouler dans le désert. Le parcours prévu est assez classique pour un voyage de ce type au Maroc mais ce sera parfait pour une première aventure africaine.
36h00 de voyage non-stop (parce que se reposer, ça aurait manqué de panache) et nous voici à Erfoud où nous laisserons notre remorque et voiture le temps du trip. Petit hôtel et « demain, tranquille. On prépare les bécane tranquille avant de partir ».

Comment expliquer cette excitation du matin? Cette fièvre du départ? Un peu comme un gosse le matin de Noël, qui sait que des cadeaux l’attendent sous le sapin, mais qui doit attendre jusqu’à ce que ses parents l’appellent.
Le moment tant attendu est là. Les moteurs s’ébranlent, les regards fixent l’horizon, quatre pouces levés, départ.
Trois km de bitume pour quitter la ville qui laissent place à la piste. L’Aventure est devant nous. Première piste, et tout de suite, c’est l’émerveillement. Le paysage est à couper le souffle. Le désert est vraiment fascinant.

On ne vous mentira pas, la progression est laborieuse. Nous avons sous-estimé la préparation d’un tel trip. Les motos sont trop chargées et surtout mal chargées. Les sacoches cavalières fixées aux motos ont du mal à tenir en place et nous devons faire de nombreux arrêts pour pour les repositionner.
Tant bien que mal, nous arrivons à Merzouga. Petite auberge au pied des dunes. Ceux d’entre vous qui connaissent savent à quel point cet endroit est magique. D’autant qu’en 1999, année de ce voyage, seules quelques auberges se partagent le pied des dunes.

Soirée sous les étoiles. Il fallait être là.
Le lever du soleil au milieu des dunes est un autre moment magique.
Nous reprenons la route direction Zagora, étape de deux jours à travers le désert. La chaleur monte en même temps que monte le soleil. Très vite nous approchons les 40°C. Rouler est le seul remède. Mais encore une fois, quelle ambiance! Le reg (grand plateau caillouteux) surchauffé, à perte de vue offre un spectacle de fin du monde.
Une nouvelle fois, les sacoches nous jouent des tours. L’une a fondu contre l’échappement et la réserve d’eau avec elle. Ça commence à sentir mauvais.
Quelques km plus loin, c’est sa réserve d’essence qui se perce. La encore, le désert sans eau, sans essence, c’est moins bien. Décision est prise de faire demi-tour vers Erfoud.
Il faut ajouter qu’entre-temps Nico a perdu le boulon de 20 cm qui tient la boucle arrière de sa moto et que du coup celle-ci est tout avachie sur la roue arrière (c’est pas beau) et qu’en tapant une pierre, j’ai moi-même cassé mon frein avant.
Ce voyage est en train de tourner à l’odyssée. Jamais nous ne verrons Zagora. Au final, en une semaine, nous n’aurons parcourus que 600 km. C’est évidement ridicule.
Mais cela importe peu car nous y étions.
Que reste-t-il de ce voyage? Des souvenirs inoubliables, des fous rires formidables, des visions de paysages hallucinants, un sentiment d’aventure sans pareil.
Surtout, ce premier trip à été celui qui a lancé tous les autres, et évidemment ça à été le plus important. Aussi, merci à Marc, Nico et Iban.

Alors à ceux qui hésitent, qui n’osent pas, je ne dirai qu’un mot: partez!

Tags: ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *